En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

logo.gif

ENFANTS, ESPOIR DU MONDE : EEDM

header header header header header header header header header header header

 Mouvement d'aide à l'enfance en détresse. Association dont la mission est reconnue d'utilité publique.

Nos objectifs : Education et santé 6000 enfants aidés là-bas Des bénévoles ici → La totalité des dons pour les enfants là-bas Parrainer un enfant avec seulement 25€ par mois, mais il ne reste que 6,25€ à votre charge après réduction d'impôt

Adoni St Anthony's Orphanage

Saint Anthony’s Orphanage, Adoni, Andhra Pradesh, 518301 India.


Visite du centre fin janvier – début février 2020.


Autant le dire tout-de-suite, avec le recul, peut-être que nous y serions encore maintenant… En effet, quand nous sommes partis, Elisabeth Weber (membre du CA) et moi-même, en janvier 2020, pour visiter nos centres respectifs, la pandémie de la Covid-19, était très loin…
Quelques masques visibles en Inde sur les personnels qui contrôlaient les visas, mais rien de plus. Nous pouvions facilement circuler, sans restriction, dans les différentes mégalopoles par lesquelles nous sommes passés (Dehli, Agra, Bhubaneshwar, Hyderabad), ainsi que les villes moyennes (plusieurs dizaines des milliers d’habitants, comme Bangalore, Kurnool, Adoni) ou les villages et ainsi « sentir » l’Inde dans toute sa splendeur. Quelques changements quand-même depuis ma dernière visite (à titre personnel) : plus de circulation motorisée (les vélos sont remplacés par les motos, les tuc-tuc par des voitures) et chose étrange, pour moi, au début, tout le monde avait un smartphone ! Cela s’explique finalement par le tarif « peu onéreux » d’une ligne, le fait que les lignes fixes sont peu existantes et H.S. suite aux vols de câbles et que les travailleurs journaliers sont très facilement mobilisables par leur donneur d’ordre.
Après avoir passé plusieurs jours dans le Nord de l’Inde (Etat d’Odisha), nous avons traversés l’Inde en avion, du Nord au Sud, pour aller à Hyderabad (Etat du Telangana). Le lendemain nous avons pris une voiture avec chauffeur pour effectuer les 200 Km qui nous séparaient d’Adoni (qui se situait dans l’Etat voisin, l’Andhra Pradesh), environ 6h (temps usuel pour ce type de trajet et routes). Au fur et à mesure que nous nous rapprochions d’Adoni, le paysage verdoyant au départ devenait plus sec et la « presque » monoculture du coton, très consommatrice d’eau, se présentait à nos yeux. C’est en arrivant à Adoni (50 000 habitants), que j’ai également compris l’intérêt d’un smartphone dans ce pays. Son GPS nous a permis de trouver le centre situé à la périphérie de la ville, non loin de la ligne de chemin fer.

Paysage autour d’Adoni

Photo01 Paysage autour Adoni.jpg

Nous sommes donc arrivés au centre en milieu d’après-midi, et le Fr. John nous a accueilli et permis de nous poser un peu. Dans la soirée, les enfants avaient préparé une cérémonie d’accueil pour nous, avec danses et chants.
Le centre créé en 1936 par un père Franciscain pour recueillir les enfants orphelins a été déplacé à l’endroit actuel (suite à un don du terrain 5 hectares) en 1940. Depuis, celui-ci se développe sous l’égide du diocèse de Kurnool. En cette année de 2020, environ 1000 enfants étaient scolarisés dans plusieurs écoles sur le site, dont 300 étaient hébergés dans les 2 internats du centre. La langue officielle de l’état de l’Andhra Pradesh étant le Telougou, 2 écoles équivalents de notre primaire et de notre collège accueillent respectivement 200 et 370 enfants) Cette scolarité permet pour les meilleurs de se présenter à un examen d’état (State Exam 10ème classe) en gros l’équivalent du brevet des collèges. Il n’y a pas d’équivalent lycée ou université au centre, les enfants doivent aller à Kurnool dans des écoles où la scolarité est payante et souvent hors de prix pour les pauvres gens du district. Dans les années 2014-2015, le centre a commencé la construction d’une école avec enseignement uniquement en Anglais (autre langue officielle de l’état) afin d’ouvrir des débouchés aux enfants. EEDM a participé au financement de la construction pour 4000€. Durant notre visite, nous avons pu discuter avec les personnels des différentes écoles mais également avec les enfants et suivre un cours en Anglais ainsi qu’en Telougou.

Staff école Telougou

Photo02 Staff ecole Telougou.jpg

 English Medium School

Photo03 English Medium School.jpg

High School Telougou

Photo04 High School Telougou.jpg

 Primary School Telougou

Photo05 Primary School Telougou.jpg

A Saint Anthony Orphanage, 17 enfants pauvres sont financièrement parrainés grâce à l’aide de 16 sponsors d’EEDM. Nous avons pu rencontrés ceux présents au centre, échanger des courriers et avoir des nouvelles des enfants qui continuent leurs études en-dehors de l’orphelinat.

 Enfants parrainés

Photo06 Enfants parrainees.jpg


Lors de notre séjour, nous avons pu également suivre le mode de fonctionnement, de la structure. Les enfants hébergés sont pris en charge du matin au soir (en gros de 6h30 à 20h). Les repas sont pris sur place et les plus grands assurent la distribution des repas quotidiens que les s du centre préparent (entre-autre avec les légumes cultivés sur le terrain de l’orphelinat).

 Distribution du repas

Photo07 Distribution du repas.jpg

Durant le weekend, les enfants participent aux tâches de nettoyage du centre, aident à l’entretien des cultures, font du sport et jouent entre eux.

 Temps libre

Photo08 Temps libre.jpg


Plusieurs travaux (2014 et 2017) avaient également été financés, en collaboration avec l’association allemande Freundeskreis Indienhilfe e.V. Gusterath (dont le président était Hans Bors, décédé depuis). Les toitures des dortoirs des filles et de celui des garçons nécessitaient une réfection. Lors de notre séjour, nous avons pu constater la bonne tenue de ceux-ci.

 Salle d’études, dortoir des filles

 Photo09 Salle d’etudes dortoir des filles.jpg


Une ombre plane cependant sur cette structure comme sur toute la région d’ailleurs. C’est le manque d’eau de plus en plus récurrent. Les moussons sont irrégulières dans le temps et au niveau quantité ce qui posent des problèmes pour alimenter en eau potable la région et la structure. Plusieurs actions sont envisagées pour remédier au manque d’eau suite à l’assèchement des puits artésiens du centre : réhabilitation d’un réservoir et raccordement à la conduite d’eau potable de la ville. Ces travaux nécessitent d’abord une phase de faisabilité et un financement extérieur au centre qu’il n’est pas capable pour le moment d’assumer.

Raccordement à l’eau potable de la ville

Photo10 Raccordement eau potable de la ville.jpg


Pour conclure, lors de notre séjour de 4 jours au centre, nous avons pu constater que les enfants étaient heureux de vivre dans cette structure et de suivre un enseignement scolaire de qualité. Se faisant et avec l’aide de nos généreux donateurs, ils construisent un avenir meilleur.

 Enfants heureux

Photo11 Enfants heureux.jpg


Un grand merci au Fr. John et à son staff pour son l’accueil et merci pour votre aide.
Christophe Himber


 Depuis notre visite :


Comme partout ailleurs dans le monde, la pandémie a fait irruption juste après notre visite. Le centre a dû fermer du jour au lendemain, après un premier test d’une journée le dimanche 22 mars puis un confinement total ordonné par le gouvernement le 24 mars. La grande majorité des enfants ont dû repartir, comme ils le pouvaient, dans leur famille. Evidemment, vous vous souvenez peut-être de notre « non-préparation à une pandémie » en Europe, imaginez cela au format XXL dans un pays avec une infrastructure et un service social moins efficace.
Dès le mois de mai, après le premier choc, le Fr. John et son staff ont su se retrousser les manches et affronter la pandémie. Les enfants étant absents, de l’eau était disponible pour la construction d’une canalisation de drainage des eaux usées provenant de l’English Medium School. Des travaux de rénovation de la façade et des brise-soleils du dortoir des garçons ont également été entrepris.
La situation concernant la pandémie étant mauvaise, la rentrée a été finalement repoussée au mois de septembre 2020.
Au mois d’octobre, le gouvernement central indien a instauré de nouvelles règles concernant le financement des centres par des organisations étrangères. Ceux-ci devaient obligatoirement ouvrir un compte à la State Bank of India pour conserver leur habilitation (FCRA) et ainsi recevoir de l’argent d’organismes étrangers comme EEDM. Début novembre 2020, nous avons pu envoyer l’argent du second semestre au centre. Mais un second épisode de Covid-19 s’est abattu sur la région en décembre 2020 (comme dans le reste du monde), ce qui a conduit à ce que, uniquement quelques lettres de parrainages ne soient envoyées en France.
En janvier et février 2021, les travaux de rénovation et de peinture du dortoir des garçons ainsi que de la partie administrative contigu, ont pu être conduits à leur fin.

Rénovation salle d’études des garçons

Photo12 Renovation salle d’etudes des garcons.jpg

Rénovation et peinture de la façade

Photo13 Renovation et peinture de la facade.jpg


Durant le mois de mars 2021, un chemin d’accès carrossable vers les sanitaires du dortoir des filles a été aménagé.


 Chemin d’accès en construction

Photo14 Chemin d’acces en construction.jpg


Afin de permettre de respecter les gestes sanitaires, de nouveaux accès à des robinets ont été installés devant l’English Medium School.
 

 Nouveaux robinets

Photo15 Nouveaux robinets.jpg

Au mois d’avril, suite à des infiltrations d’eau, un ravalement d’urgence a été entrepris au niveau du dortoir des filles. EEDM a envoyer 2000€ pour participer aux frais des travaux de mise en sécuirté et permettre également la rénovation de la salle d’études.
 

Ravalement plafonds dortoir des filles

Photo16 Ravalement plafonds dortoir des filles.jpg
 

Ravalement plafonds dortoir des filles

Photo17 Ravalement plafonds dortoir des filles.jpg

Rénovation de la salle d’études

Photo18_Renovation_de_la_salle_etudes.jpg

Octobre 2021, la nature ayant repris ses droits durant le confinement, les enfants participent aux travaux de nettoyage du centre en défrichant le terrain de sport et les aires de jeux.
 

 Défrichage terrain de sport

Photo19 Defrichage terrain de sport.jpg

 Défrichage aire de jeux

Photo20 Defrichage aire de jeux.jpg


12 novembre 2021, célébration de la journée des enfants par des danses, concours de dessin et remise du matériel scolaire.


 Danse lors de la journée des enfants

Photo21 Danse lors de la journee des enfants.jpg

 Concours de dessin

Photo22 Concours de dessin.jpg

 Remise du matériel scolaire (livres & cahiers)

Photo23 Remise du materiel scolaire livres cahiers.jpg

 Remise du matériel scolaire (livres & cahiers)

Photo24 Remise du materiel scolaire livres cahiers.jpg


Etudes du soir réalisées dans la salle rénovée

 Salle d’études

Photo25 Salle etudes.jpg


Durant les pauses scolaires, moments de jeux


 Moments de jeux

Photo26 Moments de jeux.jpg


Aide à l’entretien du centre en ramassant par exemple les feuilles mortes des arbres
 

 Ramassage de feuilles

Photo27 Ramassage de feuilles.jpg

L’année 2021 se termine par une remise des cadeaux : une panoplie d’habits pour les enfants hébergés dans les internats. Et pour celles et ceux qui le peuvent retour dans leurs familles pour les vacances de Noël.


 Remise de cadeaux garçons

Photo28 Remise de cadeaux garcons.jpg

 Remise de cadeaux filles

Photo29 Remise de cadeaux filles.jpg

 Départ pour les vacances de Noël

Photo30 Depart pour les vacances de Noel.jpg


Contact : Mr Christophe Himber
christophe.himber@free.fr

suivi du centre

 

Catégorie : Les centres - INDE