logo.gif

ENFANTS, ESPOIR DU MONDE : EEDM

eedm_bandeau.jpg

 Mouvement d'aide à l'enfance en détresse. Association dont la mission est reconnue d'utilité publique.

Nos objectifs : Education et santé 5000 enfants aidés là-bas Des bénévoles ici --> La totalité des dons pour les enfants là-bas Parrainer un enfant avec seulement 25€ par mois, mais il ne reste que 6,25€ à votre charge après réduction d'impôt

EEDM
Les centres
Ventes d'artisanat
Visites

 414172 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

INSTITUT MARIE-LOUISE POUR ENFANTS SOURDS
 

Choisissez et cliquer
* Après la visite de mars 2016
* Depuis 1983

 

Visite au CAP HAÏTIEN les 3 et 4 mars 2016

Trois responsables d’EEDM ont visité l’Institut Marie-Louise pour enfants sourds du Cap Haïtien, tenu par les Filles de la Sagesse.

Sœur Marie-Roselyne ELIAS, la supérieure, nous attendait avec le reste de la Communauté et notamment Sœur Marie-Chantal CHARLES qui se charge du courrier entre EEDM et l’institut Marie-Louise.

01_Cap_vue_depuis_lentree.jpg 02_Cap_vue_partielle_de_l_institut.JPG

Nous avons pu, le lendemain, voir l’Institut fonctionner.

Les 175 élèves de quatre à vingt ans, dont quarante-huit internes (vingt-huit filles et vingt garçons)

03_Cap_dortoir.jpg

ont tous droit à un petit-déjeuner (assiette de pâte) vers 7h30 

04_Cap_petit_dejeuner_filles.jpg 05_Cap_petit_dejeuner_gareons.jpg 06_Cap__vaisselle_dans_la_joie.jpg

puis c’est le lever des couleurs et la prière, tous dans la cour : les enfants qui apprennent à parler, récitent et chantent…

07_Cap_salut_au_drapeau.jpg

Ensuite chacun va dans sa classe ; les élèves sont peu nombreux par classe : de quinze à vingt, pour tenir compte du handicap.

08_Cap_classe_maternelle.jpg 09_Cap_classe_primaire.jpg

Le déjeuner a lieu vers 13 h après la fin des cours.

Les enseignements proposés vont de la maternelle à la 9ème année fondamentale (année du brevet) ; certains poursuivent au-delà. Il y a aussi des enseignements techniques : bois-menuiserie, coupe-couture, broderie, cuisine-pâtisserie.

10_Cap_cours_de_broderie.jpg 11_Cap_travail_de_broderie.jpg

12_Cap_tableau_pour_l_atelier_bois.jpg 13_Cap_groupe_d_anciens_eleves_et_leurs_travaux_de_menuisiers.jpg

Certains anciens élèves menuisiers peuvent utiliser les outils et l’espace pour produire des meubles et ensuite les vendre.

Trente enseignants encadrent les élèves, dont certains sont des anciens élèves de l’Institut. Il y a aussi dix-neuf autres personnes pour la lessive, la cuisine, l’entretien…

14_Cap__partie_exterieure_de_la_cuisine.jpg 15_Cap_cuisine.jpg 16_Cap_linge_sechant.jpg

L’Institut n’a pas d’aide de l’Etat. EEDM participe pour 8000 US dollars par an au fonctionnement de l’établissement, notamment pour la nourriture ; les prix de celle-ci ont beaucoup augmenté.

Pour permettre le ramassage scolaire et l’organisation de sorties, les Sœurs ont décidé d’acheter un bus de trente places, aidées par différentes associations dont EEDM qui va envoyer 5000 US D sur les 30 000 que coûte le car. Le véhicule n’est pas encore arrivé car passant par différents pays donateurs.

17_Cap_enfants_dans_la_cour.jpg

Merci aux donateurs d’EEDM ; si l’action menée par EEDM au Cap Haïtien vous intéresse, vous pouvez faire un don (voir la page d’accueil du site).

Anne Willemin 16/04/2016

.

.

.

.

.

Depuis 1983


L’INSTITUT MARIE-LOUIS est situé dans la deuxième ville d’HAITI, au CAP-HAÏTIEN au Nord du pays.

Il y a, comme ailleurs dans ce pays le plus pauvre d’Amérique, beaucoup de misère et de nombreux enfants sourds.
L’Institut est tenu par les Sœurs de la Sagesse et actuellement SŒUR NELA-MARIE DESILIEN dirige le centre, et SŒUR ELIANE-LEONI DE LA CROIX correspond avec EEDM.

EEDM est impliqué depuis 1983, date de l’ouverture de la maison qui accueillait alors 30 enfants de 3 à 12 ans.
En 2010-2011, les élèves sont 100 garçons et 98 filles, dont environ la moitié d’internes ; ils ont de 3 à 17ans
Les enfants sourds apprennent à parler, en plus des autres matières. Les résultats au Certificat d’Etudes Primaires sont excellents.

Les élèves sont une douzaine par classe : faible effectif pour que l’enseignement puisse être efficace auprès de ces jeunes sourds. Il y a aussi une formation professionnelle pour les plus grands : couture, menuiserie, ferronnerie, tailleurs… Avoir une formation sérieuse est indispensable dans ce pays où le chômage est très important et où les handicapés ont encore plus de difficultés que les autres à trouver du travail.
Différentes fêtes (carnaval, Première Communion, fête de fin d’année…), des sorties comme à Vertières (lieu de la bataille de 1803 contre les troupes françaises et qui permit à Haïti de gagner son indépendance en 1804), mettent de la variété dans la vie des jeunes de l’Institut.

En janvier 2011, trois membres d’EEDM ont rendu visite à l’Institut et ont été chaleureusement accueillis. Nous avons vu les enfants en récréation, très animée, malgré le silence relatif (les sourds ne parlent guère), puis avons vu toutes les classes : des maternelles qui coloriaient, un cours d’histoire (en français), un cours de mathématiques, de grammaire… et de cours professionnels : menuisiers ou couturières. C’était le premier jour de classe après les vacances de Noël et vers 11h30, nous avons eu droit à un spectacle, rapidement répété le matin même : des danses… Et oui, les enfants sourds ont des cours de danse qu’ils apprécient énormément ; le professeur (qui n’est pas un sourd) était en coulisse et donnait des indications de rythme, que les jeunes ressentaient par les vibrations.

La matinée s’est terminée par un repas : riz, pois, sauce…Les filles sont d’un côté, les garçons de l’autre, sous une tente, car un dortoir a été rendu inutilisable à la suite du séisme et donc, actuellement, il manque une salle pour le moment.

L’Institut fonctionne grâce à un apport des familles (2% seulement à cause de leur pauvreté ; plusieurs enfants reviennent des grandes vacances en mauvaise santé, n’ayant pas mangé suffisamment), à des dons haïtiens, à des dons en nature, à des associations du Canada, d’Allemagne et de France. L’Etat haïtien ne finance que très peu. En 2009, la Congrégation des Filles de la Sagesse a participé pour environ 22% aux recettes. EEDM envoie chaque semestre 4000 dollars américains pour le fonctionnement et a plusieurs fois envoyé des sommes pour permettre des agrandissements, des réparations, notamment en 2010, 3000 € pour contribuer à réparer le plafond du dortoir des garçons abîmé à la suite du séisme.

Le travail fait est remarquable et les jeunes sont fiers de réussir et de pouvoir ensuite trouver un travail.

Projets : il faut équiper : réparer la dalle du dortoir, mieux équiper les ateliers, et à plus long terme réparer un bâtiment voisin pour permettre d’agrandir l’Institut.
 

Cap_classe_de_petits_petits.jpg

Cap_dortoir_filles.jpg

Cap_eleves_couturieres_avec_leurs_creations.jpg

Cap_garons_en_recreation.jpg


Date de création : 12/09/2007 : 08:34
Dernière modification : 23/04/2016 : 18:06
Catégorie : - HAITI
Page lue 5116 fois