En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

logo.gif

ENFANTS, ESPOIR DU MONDE : EEDM

2018_Photo_accueil.jpg

Récolte des graines de palmes, concassées ensuite par les enfants de l'orphelinat de Ntolo au Cameroun.

 Mouvement d'aide à l'enfance en détresse. Association dont la mission est reconnue d'utilité publique.

Nos objectifs : Education et santé 6000 enfants aidés là-bas Des bénévoles ici --> La totalité des dons pour les enfants là-bas Parrainer un enfant avec seulement 25€ par mois, mais il ne reste que 6,25€ à votre charge après réduction d'impôt

Prochaines manifestations

28 et 29 septembre 2019 Stand EEDM à «La rentrée des Associations» au Parc de la Citadelle à Strasbourg
29 septembre 2019 : Haegen brocante-dressing dans les rues, sur le parking salle des fêtes et au 25 rue du  Maréchal Leclerc affiche ici
13 et 14 octobre 2019 Stand EEDM au Messti – Espace W à Weyersheim avec vente de tombolas
10 novembre 2019 «Baeckeoffe»  Espace W  - Weyersheim avec loterie
25 et 26 novembre 2019 Vente de Noël à Hautepierre
30 novembre 2019 Stand EEDM au marché de Noël de Bietlenheim
1er décembre 2019 Vente d’artisanat au Neudorf
8 décembre 2019 Fête de Noël à Breuschwickersheim1
3 et 14 décembre 2019 Vente EEDM au Super U de Lingolsheim
14 et 15 décembre 2019 Stand EEDM au marché de Noël de Weyersheim, Place de la mairie

Lire la suite Lire la suite

28 et 29 septembre 2019 Stand EEDM à «La rentrée des Associations» au Parc de la Citadelle à Strasbourg
29 septembre 2019 : Haegen brocante-dressing dans les rues, sur le parking salle des fêtes et au 25 rue du  Maréchal Leclerc affiche ici
13 et 14 octobre 2019 Stand EEDM au Messti – Espace W à Weyersheim avec vente de tombolas
10 novembre 2019 «Baeckeoffe»  Espace W  - Weyersheim avec loterie
25 et 26 novembre 2019 Vente de Noël à Hautepierre
30 novembre 2019 Stand EEDM au marché de Noël de Bietlenheim
1er décembre 2019 Vente d’artisanat au Neudorf
8 décembre 2019 Fête de Noël à Breuschwickersheim1
3 et 14 décembre 2019 Vente EEDM au Super U de Lingolsheim
14 et 15 décembre 2019 Stand EEDM au marché de Noël de Weyersheim, Place de la mairie

Fermer Fermer

 ↑  

EEDM

Les centres

Ventes d'artisanat

Visites

 818570 visiteurs

 16 visiteurs en ligne

La Croix des Bouquets- Institut Montfort pour enfants sourds 

HAÏTI

PORT-AU-PRINCE / LA CROIX DES BOUQUETS / SANTO

INSTITUT MONTFORT POUR ENFANTS SOURDS

visite de 2019

Nous avons passé une journée de notre séjour de 2019 à l’Institut Montfort, guidés par Sœur Lamercie Estinfort (la directrice), Sœur Mona, et Camille Déchin (une coopérante française qui est là avec son mari, travaillant à l’école, et leurs deux enfants petits).
 

02 Camille Soeur Mona et des petits.JPG

Sœur Mona, Camille avec un élève
 

L’Institut Montfort s’est installé à La Croix des Bouquets après le tremblement de terre de 2010 qui avait détruit le bâtiment situé à Port-au-Prince. L’Institut possédait une ferme à quelques kilomètres de Port-au-Prince et il a été décidé d’y construire le nouvel institut. Aujourd’hui, l’agglomération de Port-au-Prince a gagné du terrain et l’environnement de l’Institut n’est plus campagnard. Le terrain est de sept hectares dont un pour l’école et les dortoirs.


    1. L’école :


Il y a actuellement 300 élèves de la maternelle au bac avec des classes professionnelles (ébénisterie, couture, cuisine…). Une centaine de jeunes sont pensionnaires. Notre visite était une journée « d’examen » (devoirs de fin de trimestre) et nous n’avons donc pas vu de cours.

03 Un petit institutrice.JPG

Un petit et son institutrice).                                                                                  

Les enfants apprennent le langage de signes, à lire sur les lèvres et un peu à parler. Les frais d’écolage sont faibles, et beaucoup de familles ne peuvent payer.

04 une partie ecole.JPG

une partie de l’école

 Après l’école construite en premier avec l’aide de Coréens du Sud (vue lors de notre passage en 2013), puis la « cafétéria » (grande salle, servant de réfectoire, cuisine), terminée en 2015,

05 au refectoire un jour examen.JPG

repas jour d’examen

nous avons pu voir les derniers bâtiments : les ateliers pour les classes professionnelles

06 batiments des ateliers.JPG

bâtiment des ateliers

construits grâce notamment à une aide venue de Hong-Kong et les futurs dortoirs.

07 batiment des dortoirs à achever.JPG

bâtiment des futurs dortoirs

C’est essentiellement la congrégation des Filles de la Sagesse qui a financé le bâtiments des dortoirs, aidée par quelques particuliers haïtiens, la nonciature en Haïti, des associations étrangères.  Actuellement les internes dorment dans des dortoirs provisoires installés après les grandes tentes de l’après-séisme. Ce provisoire dure depuis 2011 et est vraiment à bout de course.

08 actuel dortoir des garcons.JPG 09 bas de la cloison de actuel  dortoir des garcons.JPG

actuel dortoir des garçons et détail de la cloison extérieure.      

   

2. La ferme :


Nous avons visité la ferme avec Sœur Lamercie : différents  animaux : chèvres, lapins, vaches, porcs ; les champs prennent la plus grande place : bananes, légumes variés. 

10 Soeur Lamercie et Marie_France devant les clapiers.JPG

Sœur Lamercie et Marie-France devant les clapiers

Une pompe permet d’amener l’eau dans les champs… La production sert à la nourriture des enfants (externes et internes), du personnel et des sœurs, et est en partie vendue.Lors des événements qui ont eu lieu début février de cette année (une semaine de manifestations très violentes contre le gouvernement, avec de nombreux tirs, dans l’agglomération de Port-au-Prince surtout), les écoles étaient fermées et les gens ne sortaient pas de chez eux. A l’Institut Montfort, il y avait la centaine de pensionnaires, le personnel et les sœurs ; les enfants et le personnel ont été occupés à la ferme ; les produits de celle-ci ont permis de nourrir ses habitants.
EEDM aide modestement l’Institut Montfort : environ 885€ par trimestre. Le travail fait sur place est tout à fait remarquable, et c’est toujours un plaisir pour nous d’aller voir les élèves, les sœurs et les professeurs.

 

Anne WILLEMIN avril 2019

suite plus vieux

Choisissez et cliquez
* après la visite en mars 2016
* depuis le séisme de 2010

Visite à l’Institut Montfort pour enfants sourds à La Croix des Bouquets en mars 2016

Le 14 mars 2016, je visitai seule l’Institut Montfort pour enfants sourds, car le temps nous manquant, nous nous étions partagés en deux groupes.

L’Institut, est situé un peu au Nord de Port-au-Prince, dans l’agglomération de la capitale. L’installation s’est faite sur une partie du terrain d’une ferme appartenant à la Congrégation des Filles de la Sagesse, après la destruction de l’Institut de Port-au-Prince lors du tremblement de terre de janvier 2010. Actuellement, Sœur Lamercie Estinfort dirige l’établissement.

01_Instit_Montf_Sr_Lamercie_ds_atelier_bois.jpg

Sœur Mona Haig et Sœur Lamercie ont pris de leur temps pour me faire visiter l’Institut et la ferme.

02_Instit_Montf_ecole.jpg

280 élèves sourds, filles et garçons, dont 160 internes fréquentent l’Institut. Lors de ma visite, les classes maternelles et primaires étaient en vacances ; les classes secondaires (jusqu’en 1ère) avaient des examens de fin de trimestre, et les classes professionnelles (menuiserie, tailleurs, vannerie, reliure, cuisine, coupe-couture, broderie, cosmétologie) avaient cours

03_Instit_Montf_production_de_vannerie.jpg

Pour la prochaine année scolaire, la classe de terminale sera ouverte.

J’ai vu les enfants au réfectoire

04_Instit_Montf_repas.jpg

et pour certains dans leur salle de classe. Quelques internes, en vacances, n’étaient pas rentrés dans leur famille et restaient à l’Institut.

05_Instit_Montf_enfants.jpg

Beaucoup de bonne humeur, de sourires chez ces jeunes.

Les travaux exécutés depuis 2013, date de notre précédente visite, avancent : la « cafétéria » est terminée, mais pas encore complètement aménagée

06_Instit__Montf_refectoire_dans_la_batiment_de_la_cafeteria.jpg

près de la cafétéria, une citerne a été creusée, alimentée par un puits

07_Instit_Montf_nouvelle_citerne_devant_la_cafeteeria.jpg

le gros-œuvre des nouveaux ateliers est terminé

08_Instit_Montf_nouveau_batiment_des_ateliers.jpg

La cour de récréation est en train d’être aplanie et drainée.

09_Instit_Montf_cour_de_reecreeation_en_devenir.jpg

Le point noir reste les dortoirs. Les sœurs recherchent un financement ; les actuels dortoirs sont dans des bâtiments provisoires, qui datent de 2011 et qui sont très abîmés.

10_Instit_Montf_dortoirs_dans_des_batiments_provisoires.jpg

L’ensemble des bâtiments provisoires : ateliers, direction, et bien sûr dortoirs, sont destinés à disparaître et la ferme devrait regagner cet espace. La ferme permet d’améliorer les repas des élèves (bananes, lait, haricots, tomate), fournit quelques revenus, et donne l’occasion aux jeunes d’apprendre un peu à travailler la terre et quelques notions d’élevage.

11_Instit_Montf_vue_sur_la_ferme.jpg 12_Instit_Montf_bananiers_de_la_ferme.jpg

Les Sœurs de l’Institut Montfort se donnent beaucoup de mal pour que leurs élèves sourds soient scolarisés dans les meilleures conditions.

Le projet le plus urgent concerne les dortoirs ; les sommes nécessaires sont importantes.

EEDM, qui soutient depuis longtemps l’Institut, ne participe que faiblement à ses dépenses de fonctionnement : 3300 € par an.

13_Instit_Montf_garcons_au_refectoire.jpg

Merci aux donateurs d’EEDM ; si l’action menée par EEDM à l’Institut Montfort pour enfants sourds, vous intéresse, vous pouvez faire un don (voir la page d’accueil du site).

Anne Willemin 26/04/2016

.

.

.

.

.

Depuis le séisme de 2010

L’Institut Montfort pour enfants sourds est tenu par les Filles de la Sagesse et depuis de nombreuses années, c’est SŒUR ROSE-ANDREE FIEVRE qui dirige l’établissement.

A l’origine, l’Institut était à Port-au-Prince. Les bâtiments ont été détruits par le séisme du 12 janvier 2010 et la congrégation a décidé d’installer l’Institut sur une partie de la ferme de SANTO, sur le territoire de la commune de La Croix des Bouquets, à une vingtaine de kilomètres au Nord-Ouest de Port-au-Prince, faisant maintenant partie de la banlieue de la capitale. L’Institut occupe une partie du terrain et il y a toujours une ferme qui procure lait, viande, légumes et fruits et réjouit les élèves sourds et malentendants de l’Institut.

Comme toujours, Sœur Rose-Andrée, et tous les élèves, professeurs et personnels nous ont accueillis avec chaleur, sourires et…des cadeaux.

01_avec_Soeur_Rose_Andree_Soeur_Mona_Mme_Crib_et_les_enfants.jpg

 avec Sœur Rose-Andrée, Sœur Mona, Mme Crib et les enfants ayant apporté des cadeaux

Sœur Rose-Andrée, depuis janvier 2010, cherche des financements pour reconstruire, selon les normes antisismiques des bâtiments en dur. En janvier 2013, nous avons été six membres d’EEDM à constater les progrès faits depuis notre dernière visite deux ans plus tôt, et…tout ce qui reste encore à faire. En janvier 2011, il n’y avait encore aucun bâtiment définitif, même s’il n’y avait plus qu’une seule grande tente pour un dortoir ; les bâtiments provisoires pour les classes étaient en place.

En janvier 2013, il reste encore quelques bâches, des bâtiments provisoires, mais l’immeuble des vingt-quatre classes a été terminé pour la rentrée d’octobre 2012 et la construction de « cafétéria » où il y aura réfectoires, cuisine et cafétéria est bien avancée.

02_des_refectoires_sous_baches.jpg 03_cuisine_dans_un_batiment_provisoire.jpg

Encore des réfectoires sous bâches                                       Cuisine dans des bâtiments provisoires


 

04_Soeur_Rose_Andree_dortoir_provisoire_des_filles.jpg 05_nouveau_batiment_des_classes.jpg

 Sœur Rose-Andrée dans le dortoir provisoire des filles                                          Nouveau bâtiment des classes

 

06_batiment_des_classes.jpg 07_cafeteria_en_construction.jpg

   Bâtiment des classes                                                           Cafétéria en construction

Il y a environ trois cents jeunes présents, de trois à vingt ans et une petite centaine d’internes, filles et garçons. Leur scolarité est calquée sur celle de tous les élèves haïtiens : ici, classes maternelles, primaires, début de secondaires, et professionnelles : menuiserie, coupe, reliure, cuisine, couture. Les classes ont moins d’élèves que dans une école ordinaire pour arriver à de bons résultats scolaires, notamment au Certificat d’Etudes Primaires.

08_classe_maternelle.jpg 09_classe_primaire.jpg

 Classe maternelle                                                                                Classe primaire

 

10_atelier_de_menuiserie.jpg 11_cours_de_cuisine.jpg

 Atelier de menuiserie                                                                                     Cours de cuisine

Pour pouvoir mieux s’insérer dans la vie active, les enfants apprennent à parler, et dans les classes nous avons été accueillis par des « Bonjour » sonores

Le personnel est nombreux : trente-six professeurs à temps complet, dont dix sont payés par l’Etat. Les familles paient peu, les sourds étant très peu considérés dans la société haïtienne.

EEDM participe modestement au fonctionnement de l’Institut : 2000 dollars américains par semestre auxquels il faut ajouter des aides exceptionnelles : financement des parties du mur de clôture qui a souffert du séisme et des cyclones, achat de machines à coudre pour les cours de couture et de coupe, remplaçant celles détruites lors du séisme.

En 2011, EEDM a envoyé 7250 dollars pour les travaux et les machines à coudre ; en 2012, EEDM a envoyé 2600 dollars pour le mur.


12_mur_dont_il_faut_continuer_la_refection.jpg 13_Soeur_Rose-Andree.jpg
Mur dont il faut continuer la réfection                               Sr Rose-Andrée et les machines à coudre

achtetées grâce à EEDM


14_eleve_de_cours_professionnel.jpg
Elève de cours professionnel travaillant sur une des machines à coudre achetées grâce à EEDM

Notre visite a été très intéressante, illuminée par le sourire de enfants, l’attention des enseignants pour les élèves, la détermination de Sœur Rose-Andrée à mener la suite des travaux.

L’Institut fournit à EEDM les cartes en « bameko » (feuilles de bananier séchées) que EEDM vend depuis des années.


Date de création : 25/02/2013 : 15:06
Dernière modification : 27/04/2016 : 09:46
Catégorie : - HAITI